Le projet de la fondation de la ville

Abi Jemaa et le projet d’edification de la ville de chefchaouen

ABI JEMAA

Abi Mohamed Hassan Ben Jemaa, originaire de la famille de Moulay Idriss Premier fondateur du premier pays islamique au Maroc, était le premier à avoir eu l’idée de créer un bastion des moujahidine (combattants) contre les envahisseurs portugais au Maroc. Il avait réussi à mobiliser toutes les tribus des environs qui ont pu freiner cette invasion portugaise sur Sebta et Ksar Sghir en les immobilisant derrière les remparts de ces villes. Pratiquement parlant, Abi Jemaa a conduit, au nom de l’islam et de la patrie, une lutte farouche contre les portugais pendant et après l’occupation de Sebta et de Ksar Sghir. Est née donc l’idée en 1471 de construire une forteresse pour se prémunir contre les risques et les ambitions expansionnistes des portugais. Le lieu choisi était « Adoua », une vallée située au – delà de Oued Chefchaouen.

Or les portugais, intimidés et troublés par les réactions défensives et protectrices de Abi Jemaa, décidèrent de l’éliminer. Ce fut en juillet 1471 lorsque ce dernier faisait sa prière un soir dans une mosquée du village Kharouba à Béni Arouss. Ils ont fermé la porte de la mosquée et y ont mis le feu. Il est mort dans la mosquée brûlé vif et a été enterré dans son village natal Gharouzim. Son tombeau a été restauré en 1971 à l’occasion de la commémoration des 500 ans depuis la construction de la ville de Chefchaouen.

Le fondateur de la ville de chefchaouen

MOULAY ALI BEN RACHID

L’histoire du Maroc enregistre dans son patrimoine historique des noms de fameuses personnalités ayant affronté et défendu intrépidement leur patrie et les intérêts du peuple marocain.

C’est ainsi qu’après l’assassinat de Abi Jemaa, le meneur de « Jihad » contre les envahisseurs dans la région de Chefchaouen, c’était son khalifa et son cousin Moulay Ali Ben Rachid qui lui succéda avec une allégeance unanime de la part de la population, le déclarant ainsi Prince de la région de Chefchaouen.

Moulay Ali Ben Rachid, du nom de Chrif Alami Moulay Ali Ben Youssef Ben Rachid Ben Said Ben Abdelouahab Ben Alal ben Moulay Abdeslam Ben Mchich, cousin de Sidi Abi Jemaa, va donner le nom de sa famille à la ville de Chefchaouen pour devenir la ville rachidienne.

Il est né au village de Rarouzim, près de Chefchaouen, en 1440. Il s’est engagé dans les rangs des soldats au sud de l’Espagne (L’Andalousie) en 1460 et s’est forgé une réputation militaire glorieuse auprès du Roi de Grenade. De retour au Maroc aux environs de 1465, son cousin Abi Jemaa le nomma son kahalifa (successeur). Il devint alors le leader des moujahidines au nord – ouest du Maroc.

Des sources historiques portugaises attestent qu’il était Prince autonome de Chefchaouen et des environs et qu’il était « le seigneur de la région et de la population ».
La première œuvre entreprise par Moulay Ali Ben Rachid était la réalisation du projet de son cousin Abi Jemaa qui consistait en la création d’un « bastion des moujahidines ». Or Moulay Rachid réalise que le lieu proposé par son cousin (Adoua) n’était pas convenable à cause de l’érosion et de la dégradation du sol, ce qui le poussa à choisir un autre emplacement pour la ville de Chefchaouen, celui où est située la ville actuellement, à savoir la rive droite de Oued El Fouarat (la rivière El Fouarat). Moulay Ali Ben Rachid, et après une expérience militaire reconnue, a décidé donc de construire la ville de Chefchaouen d’abord sous forme de la Kasba pouvant abriter sa demeure, une habitation pour ses assistants et fonctionnaires, des casernes pour les militaires et des abris pour le bétail, le tout fortifié de remparts pour se prémunir contre les attaques ennemies. La Kasba donc a constitué la pierre d’angle à l’édification de la ville de Chefchaouen avec deux portes : l’une du côté de la grande mosquée et l’autre du côté de la resserre.