Les mosquées

La grande mosquée

Cette mosquée se situe près de la Kasba, vers l’Ouest. Elle a été édifiée par Moulay Mohamed Ben Ali Ben Rachid au 16ème siècle. Sa superficie s’étend sur 130 m2. Elle dispose de tous les composants architecturaux nécessaires : un minaret à la forme octogonale, à l’intérieur un préau au milieu duquel se trouve une fontaine, une vaste salle pour la prière et une école coranique.

Cette mosquée n’est pas décorée, excepté dans son entrée principale et son minaret à huit angles. Elle est constituée de quatre espaces couverts d’un toit en tuiles rouges. Elle dispose de quatre portes dont une à l’est, réservée aux funérailles et s’ouvre sur une vaste cour contenant quelques orangers; une deuxième porte permet d’accéder à l’espace de l’école coranique.

 

Cette mosquée, et depuis sa construction, a été le théâtre d’activités intellectuelles et culturelles continues. Plusieurs savants ont suivi leurs études dans cette mosquée dont le juge Ali Ben Mïmoun et le juge Ali Mesbah Srifi. C’était le lieu d’enseignement de différentes sciences et disposait d’une bibiothèque réputée être des plus fournies au niveau national. Il faudrait signaler également que la grande mosquée est classée troisième monument historique au nord du Maroc et fait partie du patrimoine culturel matériel de la ville de Chefchaouen.

Il faudrait signaler également que la grande mosquée est classée troisième monument historique au nord du Maroc et fait partie du patrimoine culturel matériel de la ville de Chefchaouen.

La mosquée SIDI BOUKHANCHA

 

Elle se trouve dans la partie ouest de la medina. Auparavent, la mosquée était composée de deux espaces distincts; l’un des deux contenait une petite fontaine pour les ablutions, avec un grand arbre qui couvrait presque le lieu. Tout autour se trouvaient des chambres d’étudiants qui suivaient des cours dans différentes disciplines religieuses. La mosquée porte le nom d’un homme qui, à l’époque, habitait dans ce lieu.

 

La mosquée EL AKIL

Sise au quartier Rif Andalous, cette mosquée a été érigée par un émigrant de retour de Grenade et qui se nommait Al Akil.

On raconte que cet homme, avant la chute de Grenade entre les mains des chrétiens, a décidé de rentrer au Maroc et fuir l’oppression.

Il était riche et propriétaire de pas mal de biens ; ne voulant pas attirer l’attention de l’ennemi sur son désir d’évasion au Maroc et par conséquent lui ravir ses biens, il a monté un scénario avec son fils aîné pour lui servir de prétexte à la vente de ses propriétés.

Ils ont décidé que, une fois en réunion avec les notables de Grenade, le fils giflerait son père qui déciderait, suite à cette humiliation, de vendre tous ses biens pour le priver de l’héritage.

En effet, cette astuce a réussi et le père a vendu tout ce qu’il possédait, suite à quoi il est rentré au Maroc et plus précisément à Chefchaouen.

Il a raconté son manège à tout le monde et l’on baptisé « Al Akil » qui signifie en arabe « mûr et raisonnable ».