Les mausolées

LE MAUSOLEE BOUDCHICHIYA

Le mouvement Boudchichiya est issu de la tendance Kadiri qui se rapporte, à l’origine, au précurseur Abdel Kader Jilali. En fait, l’origine du mot « Boudchichiya » provient du nom de « Sidi Ali Boudchich » qui nourrissait les affamés au temps de la famine qui traversait à l’époque les territoires marocains et algériens.

La maison du feu Haj Ahmed Tlidi (que Dieu ait son âme) était le lieu de rencontre des adhérents de ce mouvement religieux. Après sa mort, le professeur Haj Mostapha Asseban a pris le relais. Le mouvement n’a toujours pas de siège fixe dans la ville de Chefchaouen.

LE MAUSOLEE TIJANIYA

Le mosaulée Tijaniya se trouve dans le quartier Kharrazine près de la place El Haouta, à côté du bain maure El Harras et la maison du juge Lamarti.

Il est contemporain et sa construction date des années 30 du siècle dernier.

LE MAUSOLEE DERKAOUIYA

Il porte le nom de Moulay El Arbi Derkaoui, décédé en 1239 de l’Egire. Le mosaulée Derkawiya est considéré parmi les plus actifs.

Il accueille quotidiennement ses adhérents entre les deux moments de la prière de l’après midi pendant lesquels ils chantent les éloges et les chorals et psalmodient les versets du coran à la marocaine.

Il est également le lieu de rencontre des adhérents pour diverses activités culturelles et religieuses.

 

Une fois par semaine, les adhérents se réunissent pour la lecture et l’analyse de différentes œuvres religieuses, accueillir de nouveaux adhérents et programmer des visites aux différents mausolées de la région, notamment à Moulay Abdeslam Ben Mchich et Moulay Arbi Derkaoui dans la tribu Béni Zeroual.

Un espace du mausolée est réservé aux jeunes pour l’apprentissage du Coran (Msid) et un autre aux femmes qui se réunissent pour psalmodier les versets du Coran.

Ce mausolée est administré par une équipe formée de :

  • un chef (mkadem) nommé Ibn Haj Abdelkader Lamarti.
  • un adjoint (nader) du nom de Haj Idriss Draoui (ex membre du conseil scientifique à Chefchaouen).
  • Une personne chargée des archives, le professeur Ahmed Ben Abdelkrim Ben Maïmoun.
  • une personne chargée de psalmodie, monsieur Abdelaziz Nebkhout.
  • le plus ancien des adhérents, le professeur monsieur El Afia.
  • Un prédicateur, le professeur Haj Mohamed Ibn Salah (membre du conseil scientifique local).
  • Une personne chargée des relations, le professeur Haj Mohamed Ibn Haj Abdelkader Zekkari.